Select Page

Bien choisir son PC portable avec un disque dur SSD : M.2, SATA, NVMe… On vous explique tout !

Bien choisir son PC portable n’est pas toujours une partie de plaisir. Les recherches s’orientent souvent sur la taille de l’écran, le processeur et la mémoire vive, mais le disque dur est un élément tout aussi important à prendre en compte. Il est souvent considéré comme un goulot d’étranglement aux bonnes performances d’un PC. Entre les SSD, les HDD ou encore les SSHD, il existe une grande variété de propositions toutes aussi intéressantes les unes que les autres selon vos usages.

Disque dur mécanique (HDD) ou à mémoire flash (SSD)
HDD vs SSD

Cependant, une catégorie spécifique de stockage interne mérite notre attention : le disque dur SSD. Et pour cause, cette technologie ne cesse d’évoluer et de profiter d’amélioration afin d’être toujours plus efficace. Et il n’est pas forcément aisé de s’y retrouver, tant les constructeurs diversifient leurs offres et utilisent parfois un langage un brin obscur pour les néophytes

Piqûre de rappel : qu’est-ce qu’un SSD ?

Le SSD ou « Solid State Drive » est un disque dur électronique à mémoire flash. Il se distingue par son utilisation de mémoires à semi-conducteurs, contrairement aux HDD ou « Hard Disk Drive » qui utilisent un disque magnétique en rotation :

Disque dur mécanique vs Disque dur à mémoire flash SSD

Il présente plusieurs avantages comparés à son grand frère le HDD. D’abord, son temps d’accès inférieurs à 0.1 ms lui octroie une rapidité de lecture et d’écriture nettement plus élevée. Cela se traduit notamment par un démarrage plus rapide des programmes comme le système d’exploitation et des logiciels. Fini les ralentissements !

Autre avantage intéressant, les SSD ne contiennent pas d’éléments mécaniques, ce qui limite le risque de défaillance d’une pièce en cas de choc, comme la chute d’un PC portable ou la sacoche butant contre un objet. L’absence de pièce mécanique réduit aussi le bruit et évite une éventuelle surchauffe tout en ayant une consommation électrique un peu plus faible. Il est aussi bien plus léger et nettement moins encombrant qu’un disque mécanique, ce qui permet aux constructeurs de proposer des machines toujours plus fines et plus légères. En résumé, un disque SSD est donc inaudible, performant, et moins sensible aux pannes.

Mais malgré tous ces avantages non-négligeables, il n’est pas non plus exempté de défauts. D’abord son prix est plus élevé. Pour un gigaoctet de mémoire (1 Go), le tarif se situe aux alentours des 20 à 30 centimes contre 5 à 10 centimes pour un HDD. Un écart qui se ressert néanmoins depuis quelques années et permet une démocratisation du SSD sur des PC milieu de gamme dédiés à la bureautique.

Autre inconvénient, la mémoire disponible demeure généralement plus faible. Il n’est pas rare qu’un PC portable, y compris haut de gamme, propose un stockage SSD compris entre 128 et 512 Go. Évidemment, des modèles avec une importante capacité (1 To) son disponibles, mais le tarif de ces ordinateurs portables reste souvent prohibitif. Le disque mécanique (HDD) reste donc pour le moment imbattable si vous cherchez une solution à moindre coût pour stocker vos fichiers multimédia.

Enfin, leur durée de vie est limitée. Un HDD est capable, dans des conditions optimales d’utilisation et d’entretien, de tenir plus d’une décennie sans s’essouffler et conserver une mémoire intacte. Pour les SSD, la durée de vie dépend en revanche du nombre de cycle d’écriture / lecture sur les puces à mémoire flash, chacune d’elle s’épuisant un peu plus à chaque nouvelle opération. Certains modèles peuvent donc perdre en performance en quelques années en cas d’utilisation intensive, bien que cela reste assez rare et que les constructeurs s’efforcent d’améliorer cette longévité.

Le format et l’interface des disques SSD

Si choisir un SSD apparaît comme la meilleure solution pour ces multiples avantages au quotidien, il convient cependant de bien choisir le format et l’interface qui jouent un rôle important sur les performances de votre PC portable ou PC de bureau. Côté format, il est bon de distinguer le traditionnel 2,5 pouces, 3,5 pouces et plus récemment, le M.2. Côté interface, on retrouve actuellement deux solutions : le SATA 3 6 Gbps et le PCIe NVMe.

Format des disques durs

Le format 2,5 pouces se retrouve généralement sur les PC portables ou des PC tout-en-un (All-in-One), il se décline en version HDD et SSD, tandis que la version 3,5″ s’intègre exclusivement sur des PC de bureau par ces dimensions plus imposantes. Précisons qu’il n’existe pas – actuellement – de SSD au format 3,5″ et que les disques durs mécaniques (HDD) ne peuvent s’utiliser que sur une interface SATA.

Le format M.2 se décline en plusieurs largeurs et plusieurs longueurs avec des encoches différentes au niveau de son connecteur. Ce format ressemble à une sorte de barrette de mémoire vive et contrairement aux disques en 2,5 et 3,5″, celui-ci est compatible avec les interfaces SATA 3 et PCIe.

Malgré ces acronymes un chouïa lourds, ils reflètent chacun un mode de fonctionnement bien précis.

Le format 2,5 & 3,5″ sur l’interface SATA 6 Gbps

Il s’agit ici du format le plus connu, notamment pour les PC fixes (disques durs en 3,5″) et les PC portables (boitier de 2,5″). Ce format est traditionnellement associé aux disques durs mécaniques, mais on retrouve aussi des SSD au format 2,5″. Ce qui vous permet, par exemple, de remplacer un disque HDD en 2,5″ par un SSD du même format. Idéal pour redonner une seconde jeunesse à un PC portable devenu un peu trop lent.

Disque dur SSD 2,5" SATA

Ils n’acceptent cependant qu’un seul type d’interface : le SATA. Le débit de bande passante sur cette interface est modéré comparé aux plus récentes générations, limité à 600 Mo/s théorique dans sa dernière norme (SATA 3 à 6 Gbit/s) – à condition bien sûr que votre disque dur puisse atteindre ces vitesses, ce qui n’est généralement pas le cas des disques durs mécaniques.

Remarque : les appareils équipés d’un disque durs SSD en 2,5″ sont très rare à trouver sur le marché des PC portables neuf. Avec l’évolution de la miniaturisation et la baisse des prix, les constructeurs privilégient maintenant des solutions plus compactes (voir ci-dessous) lorsqu’il s’agit de proposer un stockage SSD.

Le format M.2 sur l’interface SATA 6 Gbps

Exclusivement conçu pour les disques SSD, le M.2 employé sur l’interface SATA incarne un format plus récent et beaucoup plus compact. Il bénéficie d’un connecteur bien spécifique qui le distingue des formats M.2 en NVME :

Disque dur SSD M.2 en SATA

Grâce à ses dimensions réduites, il est le plus souvent installé sur des ordinateurs portables de type Ultrabook (ultra fin et léger) ou des tablettes tactiles haut de gamme. Comme précédemment, ce type de disque utilise l’interface SATA 3 avec les mêmes contraintes. Il ne faut donc pas vraiment espérer de gain en terme de performance par rapport à un disque dur SSD 2,5″ en SATA. Il s’agit avant tout ici de bénéficier d’un gain de place offert par le format.

Le format M.2 en PCIe NVMe

Là aussi réservé aux disques SSD, le format M.2 employé sur l’interface PCI Express (PCIe) est un format relativement semblable au M.2 SATA par sa forme. Il n’y a que l’encoche (à droite ci-dessous) qui diffère légèrement.

Disque dur SSD M.2 en PCIe (NVME)

Utilisant la nouvelle interface NVME (à travers le bus PCI Express), la limite théorique des 600 Mo/s du SATA 3 est largement dépassée. Il s’agit là d’un énorme pas en avant, puisque certains modèles à ce jour peuvent atteindre les 4000 Mo/s en vitesse de lecture 

Des performances bien supérieures aux disques SSD en SATA (qu’ils soient aux formats M.2 ou 2,5″). Cependant, la technologie employée est encore onéreuse. On la retrouve généralement sur des PC portables haut de gamme pour améliorer encore plus les performances de l’appareil en plus de bénéficier d’un gain de place non négligeable.

En conclusion : HDD ou SSD ? M.2 SATA ou PCIe ?

Si votre budget le permet, nous vous conseillons d’acquérir un PC portable avec disque dur SSD au format M.2, de préférence sur l’interface PCIe (NVME). Les performances de votre PC portable n’en seront que meilleures et le disque SSD ne sera pas bridé par l’interface vieillissante du SATA 3. Si vous avez un gros besoin de stockage, la meilleure solution reste l’utilisation d’un disque dur mécanique (interne, ou externe).

Si vous êtes toujours partagé entre les deux solutions, sachez qu’il existe aujourd’hui des PC portables équipés d’un disque mécanique (HDD) couplé à un disque SSD. Un combo idéal pour bénéficier de bonnes performances et d’un espace de stockage conséquent. Notre outil de recherche vous permet de trouver rapidement ces références de PC portables équipées d’un HDD et d’un SSD.

Sachez enfin, qu’un disque dur SSD au format M.2 avec une interface SATA apporte déjà un réel gain au quotidien, quand bien même que la bande passante soit limitée à 600 Mo/s. Il n’y a pas de comparaison possible avec un appareil équipé d’un simple disque dur mécanique et il vous sera difficile de revenir en arrière après l’avoir essayé.

Vos recherches sur Comparez-malin

De manière générale, les fabricants de PC communiquent quelques informations sur les disques durs intégrés au sein de leur PC portable, mais ce n’est pas toujours le cas. Sur Comparez-malin, on s’efforce de trouver ces informations et de bien renseigner sur nos fiches produits. Vous serez donc amené lors de vos recherches sur notre site à voir des indications comme ceci :

  • 256 Go (SSD M.2 PCI-e 3.0×4)
  • 256 Go (SSD M.2 SATA 3)
  • 1 To (5400 tr/min)

Avec ces éléments, vous serez en mesure de déterminer si le disque dur est au format SSD ou mécanique, son interface (SATA 3 ou PCIe) et sa capacité – exprimée en Go ou en To.

Attention toutefois, car sur certains modèles (généralement des Ultrabook) les puces de mémoire flash embarquées dans les SSD sont directement soudées à la carte mère. Il est alors impossible de procéder à un éventuel remplacement (exemple sur les MacBook Air et MacBook Pro).

À propos de l’auteur

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *