Select Page

Tout comprendre sur la mémoire Intel Optane

Intel a introduit depuis l’année dernière un nouveau type de mémoire appelé « Optane Memory ». Déclinés en deux versions : 16 et 32 Go, ces mini SSD Nvme au format M.2 fonctionnent sur l’interface PCIe et sont destinés à faire office de cache pour le disque dur principal. Mais quel est l’intérêt et comment fonctionne de cette nouvelle technologie ? Explications.

Comment fonctionne Intel Optane ?

Présentée comme améliorant la célérité des disques durs, l’Intel Optane est effectivement conçue de façon à charger plus rapidement les programmes tout en améliorant l’expérience utilisateur. Cette nouveauté n’est cependant compatible qu’avec les PC équipés d’un processeur de 7ème génération et d’une carte mère dotée d’un port M.2, ce qui élimine déjà pas mal de « vieille » machine.

C’est une solution que l’on retrouve de plus en plus intégrée sur des PC portables milieu de gamme, généralement associé à un disque dur mécanique de 1 To.

Intel Optane
Intel Optane au format M2 PCIe

Pour faire simple, Intel Optane repose sur une nouvelle mémoire nommée 3D XPoint (qui se prononce « 3D Crosspoint »), elle est présentée par Intel comme une grande avancée face à la mémoire flash NAND qu’elle vient concurrencer. Plus endurante, et surtout plus performante que ça rivale, cette technologie combine les avantages de la mémoire flash (comme les disques durs SSD) et celle de la mémoire vive (DRAM). Mais contrairement à cette dernière, cette solution utilise de la mémoire non volatile, c’est à dire que les données persistent même lorsque le PC est éteint ou rallumé. On peut ainsi dire que l’Intel Optane complète l’utilisation de la mémoire vive mais sans pour autant envisager de la remplacer – pour le moment du moins.

Cette solution adopte par ailleurs le format M.2 opérant sur l’interface PCIe, et bénéficie par conséquent de vitesse de lecture et écriture très élevés par rapport à l’interface SATA (utilisée par tous les disques durs mécanique et certains disques SSD).

Le logiciel intégré possède une capacité d’apprentissage de vos habitudes de travail, permettant ainsi de stocker des fichiers couramment utilisés pour charger les applications le plus rapidement possible. Cela peut aussi bien concerner le temps de démarrage du système d’exploitation, l’ouverture d’un logiciel bureautique, le montage vidéo, ou encore le traitement 3D d’un jeu vidéo. Concrètement, un PC portable équipé d’un disque dur traditionnel (HDD) mettra environ 37 secondes pour ouvrir un projet Photoshop (un logiciel pourtant réputé pour être lourd et long à ouvrir), contre seulement 11 secondes avec une mémoire Intel Optane additionnelle.

On comprend vite ici l’intérêt de cette technologie si votre machine utilise comme disque dur principal une solution mécanique. Elle permet entre autres la création d’un stockage « hybride », avec des débits allant jusqu’à 1350 Mo/s en lecture et 290 Mo/s en écriture, un prix abordable (environ 90€ pour la version 32 Go), une latence très faible et le tout pour un encombrement minimal. La conséquence logique est un chargement des données très rapide, ce qui permet de compenser efficacement la lenteur des disques durs mécanique tout en bénéficiant de ces avantages (une capacité de stockage très élevée et à moindre coût).

Les limites actuelles de l’Intel Optane

Bien qu’améliorant la vitesse de chargement des données par rapport à un disque dur traditionnel, l’Intel Optane ne transformera pas les ordinateurs en machine surpuissantes du jour au lendemain.

Sa capacité pour le moment limitée à 32 Go maximum n’est pas considérée à proprement parlé comme un support de stockage, comme pourrait l’être un disque dur SSD en tout cas. Si cette solution offre un réel gain et un confort d’utilisation sans comparaison face à un disque dur mécanique seul, cette technologie ne suffira pas à satisfaire les plus exigeants. De plus en plus de disques durs SSD fonctionnant sur l’interface PCIe offrent aujourd’hui des performances bien supérieures, pour un tarif raisonnable.

Par ailleurs, cette solution ne remplace pas l’utilisation de la mémoire vive. Toujours nécessaires, ces barrettes sont juste théoriquement moins sollicitées par les fichiers enregistrés sur l’Optane Memory. Il faudra donc pour l’instant se contenter d’une solution combinant RAM, Intel Optane et disque dur.

Enfin, notez que les PC portables déjà équipés d’un disque dur SSD PCIe ou SATA n’en ont pas besoin, au regard de leur propre conception déjà rapide, compacte et surtout proposant un stockage plus élevée. Il en va de même des disques dur SSHD, qui disposent déjà d’une mémoire cache native (généralement de 8 Go). Seuls les disques durs mécaniques (HDD) peuvent pleinement profiter de tous les avantages de l’Optane Memory.

Quel futur pour l’Intel Optane ?

Si cette technologie est certes très récente (moins de deux ans), elle propose déjà des perspectives d’évolution très intéressante avec le lancement d’une nouvelle gamme : « Optane DC Persistent Memory« . Le principe est simple : utiliser le format d’une barrette de mémoire traditionnelle, supprimer les cellules de mémoire DRAM (volatiles) et les remplacer par de la mémoire 3D XPoint non volatile.

Optane DC Persistent Memory
Optane DC Persistent Memory au format mémoire vive

Ces nouvelles barrettes seront exclusivement compatibles avec la prochaine génération de processeurs Xeon d’Intel et proposeront une capacité de 128 Go à 512 Go ! Destinées à s’installer dans les logements prévus sur la carte mère – en lieu et place de la mémoire vive – il sera possible d’atteindre une capacité de « mémoire vive » de plusieurs téraoctets !

La persistance des données devrait garantir un démarrage ultra rapide et permettre de gagner un temps non-négligeable. En effet, les téraoctets de données n’ont pas besoin d’être transféré dans la mémoire vive puisqu’elles s’y trouvent déjà grâce à l’utilisation de la mémoire non-volatile. Cette nouvelle solution reste avant tout destinée au monde professionnel (serveurs) avec des exigences très élevés, mais il n’est pas impossible qu’Intel propose une solution équivalente pour le grand public dans quelques années.

Il faudra cependant attendre 2019 pour voir ces nouvelles barrettes mémoire apparaître sur le marché, en plus de la sortie des processeurs Intel Xeon. Leurs prix ne sont pas encore connus mais il y a fort à parier qu’ils ne seront pas à la portée de toutes les bourses.

À propos de l’auteur

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *